Accueil Club de Taekwondo de Briis sous forges
             

Hier Marlène Harnois a décroché la médaille de bronze

Marlène Harnois
Marlène Harnois La 29e médaille de la délégation française Photo AFP

Marlène Harnois a décroché la médaille de bronze en moins de 57 kg. La 29e médaille de la délégation française.

Depuis l’introduction du taekwondo au programme olympique en 2000, jamais les combattants tricolores ne sont repartis bredouilles. Cela ne sera encore pas le cas cette année grâce à la médaille de bronze apportée par Marlène Harnois en – 57 kg.
«Pour ma première participation, obtenir une médaille c’est génial même si ce n’est pas celle que j’espérais. J’étais venue pour l’or. Je voulais marquer l’histoire du taekwondo français. Je ramène le bronze comme Pascal Gentil à Sydney et Athènes, et Gwladys Epangue à Pékin, cela reste une super médaille», confiait la Française au parcours unique.

Née au Canada, Marlène Harnois est venue en France à l’âge de 13 ans apprivoiser l’art martial auprès de Pascal Gentil et Myriam Baverel, vice-championne olympique à Athènes, aujourd’hui son entraîneur. Mais à son retour au Canada, lasse du manque de structures, la jeune ado blonde a tout plaqué, y compris l’école, se laissant aller dans quatre ans d’errance. Jusqu’à un coup de fil de Myriam Baverel en 2006, lui proposant de venir la rejoindre à Aix-en-Provence. Ce jour a transformé sa vie. Naturalisée en 2008, Harnois arrivait à Londres dotée de deux titres de championne d’Europe et d’une médaille de bronze mondiale.

Un statut qu’elle a assumé en huitièmes puis en quarts avant de s’incliner en demies contre la double championne du monde chinoise Hou Yuzhuo (3-8). Sans solution. «Après la défaite, cela a été dur de revenir, de se remobiliser. Mais je finis la journée par une victoire, c’est super», s’extasiait-elle. Ainsi, elle a su trouver les ressources pour se défaire de la Japonaise Mayu Hamada (12-8) dans le combat pour la médaille de bronze et offrir à la France sa 29e médaille.
«Les JO, c’est l’objectif de toute ma vie. J’ai tout quitté, sacrifié ma famille, mes amis pour venir en France, me donner les moyens de réaliser mon rêve, raconte-t-elle, le visage comble de bonheur. J’ai eu un parcours de fou pendant toutes ces années. Je suis fière de donner cette médaille à la France pour tout ce qu’elle a fait pour moi».

Article paru sur le site Sport24.com.

 

Le webmaster

Retour vers liste des news